microphone

Blogs

Santé Mentale

Des musiciens parlent de santé mentale

Posted by Cassandra Popescu on February 01, 2019
black and white photo of guitar player

Avertissement de contenu : Cet article contient du contenu potentiellement perturbant, incluant des mentions de défis reliés à la santé mentale et du suicide.

 

Le 30 janvier était la journée #BellCause, une journée annuelle lors de laquelle des millions de personnes envahissent les médias sociaux pour partager leurs expériences avec la santé mentale. Des messages de soutien, de défis, d’espoir et de guérison inondent nos fils afin de nous sensibiliser à propos de questions importantes reliées à la santé mentale. Nous voulions continuer la conversation, alors nous avons demandé à des membres de notre communauté musicale de partager leurs expériences. Voici ce qu’ils avaient à dire.

 

Microphone avec superposition de texte, continuons à parler

 

Comment la santé mentale vous a-t-elle affecté?


X ARI, musicienne/porte-parole en santé mentale

La maladie mentale a eu un grand impact sur moi. Il y a beaucoup de maladies mentales dans ma famille et j’ai personnellement souffert de TDAH, d’anxiété, de TOC, de dépression, de bipolarité et de psychose. En tant que quelqu’un qui a non seulement survécu, mais qui s’est épanouie malgré de nombreux problèmes de santé mentale, je ressens une profonde responsabilité d’encourager les autres à savoir que la guérison est possible.

 

Amanda Rheaume, musicienne

En 2002, après avoir réalisé que j’étais gaie et finalement eu fait mon coming out, j’ai reçu un diagnostic de trouble panique et de trouble d’anxiété généralisée. J’ai passé quelques mois sans être capable de quitter la maison et j’ai recherché de l’aide. J’ai aussi commencé à prendre un ISRS. Depuis 2002, ma santé mentale traverse des hauts et des bas, et j’ai souffert de dépression et d’anxiété à différents moments au fil des ans. Parfois, je trouve les tâches les plus simples difficiles : répondre à des courriels, répondre au téléphone, voir des amis.

La différence maintenant est que j’ai une meilleure compréhension de ce qui m’aide et ce qui me nuit. Grâce à la thérapie cognitivo-comportementale et à l’EMDR, j’ai acquis des connaissances et des habiletés qui m’aident à gérer mes pensées, mes sentiments et mes émotions de façon beaucoup plus équilibrée et affectueuse.

 

Carmen Elle, musicienne/porte-parole en santé mentale

J’ai reçu un diagnostic d’anxiété, de dépression et de TOC lorsque j’étais enfant. Cela a affecté chacune de mes journées sur Terre depuis : mes relations, ma santé physique et ma capacité à terminer des projets. En tant que musicienne, certaines de mes peurs principales ont rendu difficiles la tournée et les spectacles. Cela a affecté ma carrière, car j’ai refusé beaucoup de propositions lorsque je ne sentais pas que je serais en mesure de les réaliser, ce qui m’a causé beaucoup de chagrin et de honte.

 

Mike Schwartz, musicien/coach de bien-être

J’ai combattu la dépression et l’anxiété pendant plus de 5 ans… Ça va et ça vient à certains moments de l’année, mais je suis de plus en plus capable de détecter les déclencheurs qui m’envoient en spirale.


Je consacre désormais mon temps à éduquer et autonomiser les autres au sein de l’industrie musicale. En tant que professionnel de la santé agréé, je leur donne les outils, l’encouragement et la confiance pour mieux prendre soin de leur santé et de leur bien-être. Quand je vois quelqu’un qui fait cette transition et qui réécrit l’histoire qu’il a vécue toute sa vie, c’est vraiment inspirant.

 

From left: Bill Bell, Carmen Elle, Wali Shah, ARI X
De gauche: Bill Bell, Carmen Elle, Wali Shah, X ARI

 

Wali Shah, rappeur/artiste de spoken word

Au secondaire, je voulais m’intégrer. Je me sentais seul et isolé socialement. Étant d’origine sud-asiatique et en tant que musulman, je n’ai jamais vraiment eu de modèles auxquels je pouvais m’identifier. Je suis devenu anxieux et dépressif. J’ai aussi remarqué que de nombreux autres jeunes vivaient des difficultés et qu’ils géraient ces problèmes de différentes façons : certains fumaient, buvaient ou consommaient des drogues, d’autres se sont malheureusement enlevé la vie.

 

Florence K, musicienne

Il y a sept ans, j’ai traversé une dépression majeure, qui a mené à de l’automutilation, deux épisodes psychotiques et une tentative de suicide. J’ai été hospitalisée et traitée, à la fois avec de la médication et de la thérapie à long terme. J’ai récemment été diagnostiquée bipolaire de type 2, et bien qu’il a fallu quelques mois pour trouver le bon dosage de médication, je me sens désormais plus équilibrée que jamais et je me connais assez bien pour détecter les signaux d’alerte d’un épisode potentiel. Dans mon cas, la psychothérapie a aussi été essentielle à mon bien-être.

 

Bill Bell, musicien

Ça m’a montré à quel point nous sommes tous fragiles et comment nous sommes tous connectés. Tout le monde peut être affecté. Ça n’a pas d’importance de quoi vous avec l’air ou combien d’argent vous avez, ça affecte tout le monde.

 

From left: Amanda Rheaume, Florence K, Dan Tait, Mike Schwartz
De gauche: Amanda Rheaume, Florence K, Dan Tait, Mike Schwartz

 

Dan Tait, musicien

La santé mentale n’a jamais été aussi importante pour moi que maintenant. En grandissant et en évoluant comme artiste professionnel, j’avais le privilège d’être un homme cisgenre — alors je me sentais invincible. Mais ce n’est que lors des dernières années de ma vie que j’ai réalisé que je devais prendre soin de moi et maintenir de bonnes habitudes de santé mentale. Les industries des arts et du spectacle sont exigeantes pour toutes les personnes impliquées, et si vous ne faites pas attention, beaucoup de choses peuvent vous submerger. Je me suis sorti de quelques zones sombres seulement parce que j’ai eu la chance de reconnaître l’importance de maintenir de bonnes habitudes de santé mentale.

Parler et écouter est important, mais nous devons nous assurer que des soins appropriés, des services de conseil et des ressources en santé mentale soient accessibles à notre communauté.

 

Comment pouvons-nous aider notre communauté?

 

Dans une étude se concentrant sur la santé mentale des professionnels de l’industrie musicale, 2200 créateurs de musique se sont fait interroger à propos de leur bien-être. 71 pour cent croyaient avoir souffert de crises de panique et/ou d’un haut niveau d’anxiété, et 69 pour cent ont rapporté avoir souffert de dépression. Parmi ces répondants, 57 pour cent ont indiqué qu’ils n’avaient pas reçu de traitement et 53 pour cent ont affirmé qu’il était difficile de trouver de l’aide.

 

Unison a aidé plus de 500 individus et leurs familles, et la demande continue de grandir. Alors que nous continuons la conversation, plus de gens commencent à demander de l’aide lorsqu’ils en ont besoin.

 

Afin de nous assurer que de l’aide soit promptement disponible pour tous les professionnels de l’industrie musicale canadienne, nous avons besoin du soutien des amateurs de musique et de notre communauté. Grâce à vos dons, les personnes travaillant en musique qui traversent une crise peuvent compter sur quelqu’un à qui parler, et quelque part où avoir accès à des ressources.

 

Faites un don aujourd’hui pour investir dans la santé et la résilience de la communauté musicale canadienne.

 

Le Fonds de bienfaisance Unison fournit un service de conseil aux créateurs de musique canadiens ayant besoin d’aide. Inscrivez-vous avec Unison et appelez au 1-855-9UNISON pour avoir accès au service de conseil. Pour plus d’informations à propos de l’aide fournie, veuillez visiter notre page Services-conseil et solutions de santé.