microphone

Blogs

Santé Mentale

Le groupe The East Pointers offre de l’espoir au sein des ténèbres avec “Wintergreen”

Posted by Cassandra Popescu on November 25, 2019
The East Pointers

Le groupe folk contemporain The East Pointers remonte le moral des amateurs de musique dans le cadre de sa plus récente tournée, qui suit le lancement de son album Yours To Break. Mariant paroles sincères et interludes instrumentaux vifs, l’album est une lueur d’espoir pour quiconque a de la difficulté à voir la lumière dans les ténèbres. Nous avons discuté avec le chanteur et joueur de banjo Koady Chaisson du pouvoir de la musique, de l’inspiration de l’émouvant extrait "Wintergreen" et de comment l’industrie musicale peut mieux prendre soin de la santé mentale de notre communauté.

 

Votre plus récent extrait “Wintergreen” a été décrit comme une chanson qui « offre de la lumière dans les ténèbres à ceux qui en ont besoin ». Quel a été le processus créatif derrière l’écriture d’une chanson comme ça?

 

Nous passions du temps avec notre ami Colin du groupe The Trews, en nous amusant avec des riffs et des idées de chansons. Nous avons commencé à parler de la résilience qu’on retrouve chez ceux qui souffrent de différents types de maladie. Nous avons parlé de persévérance et d’espoir, et rapidement, nous avons écrit "Wintergreen". C’est vraiment à propos de reconnaître la force chez une personne qui ne la voit pas en elle.

 

L’écriture de “Wintergreen” a-t-elle été informée par vos expériences avec la santé mentale ou les expériences de gens autour de vous?

 

La chanson n’a pas été écrite à propos de mon histoire directement, mais en l’écoutant, je pourrais me convaincre que oui. J’ai été au fond de gouffres plutôt profonds, mais j’ai toujours réussi (grâce à la bonté des autres) à m’en sortir. Une chanson comme "Wintergreen" est quelque chose que j’aurais aimé pouvoir entendre lors de ces périodes sombres. Nous l’avons écrite pour donner de l’espoir, car les choses ne sont jamais aussi mauvaises qu’elles le semblent, malgré la noirceur de certains jours!

 

Trouvez-vous que l’acte de créer et écrire de la musique vous aide dans votre relation avec la santé mentale?

 

Absolument. La créativité est l’ultime stabilisateur d’humeur. Je ne sais pas où je serais si je ne pouvais pas exprimer mes pensées et mes émotions à travers la musique. Tu te sens bien? Tu écris une chanson. Tu te sens triste? Tu écris une chanson. C’est un baume pour l’âme.

 

Selon votre expérience, comment la musique aide-t-elle à rapprocher les gens?

 

La musique est un connecteur, ça l’a toujours été. Ça peut être un terrain d’entente avec quelqu’un avec qui on ne s’entend pas nécessairement bien, un endroit où mettre de côté tout le reste, écouter et être humain.

 

Pour beaucoup de gens, la musique est une source de réconfort, mais une carrière musicale peut être dure sur le bien-être mental des créateurs de musique, particulièrement en tournée. Comment maintenez-vous votre santé mentale en bon état sur la route?

 

Les gars et moi sommes pas mal intenses à propos de notre routine sur la route. La nourriture santé, beaucoup de sommeil et la méditation sont importants pour nous. L’alcool n’est pas un gros facteur dans notre groupe. J’ai cessé de boire il y a six ans et les gars parviennent à prôner la modération autour de moi. Il y a une grande ouverture pour parler des choses difficiles qui viennent avec la tournée : être loin de sa famille, les constantes journées de déplacement, s’ennuyer de la stabilité de la routine à la maison, tout ça est dur. Nous passons tous à travers ça, alors il n’y a pas de raison de le faire seuls. Nous n’avons pas peur d’aller au fond des choses!

 

Oh, les douches froides sont également essentielles, même durant l’hiver canadien!

 

Beaucoup de gens disent que l’industrie musicale fait face à une crise en santé mentale. Au-delà des tournées, selon vous, quels sont les autres facteurs qui sont des défis en matière de santé mentale pour les créateurs de musique?

 

L’alcool et le stéréotype que les musiciens doivent boire pour être des artistes. C’est ce qui m’apparaît évident. Les regards que je reçois quand je dis aux gens de l’industrie ou aux spectateurs que je ne bois pas sont hilarants. Beaucoup de monde présume qu’on boit toute la journée tous les jours. Aussi, c’est fou qu’il n’y ait pas plus d’endroits sans alcool dans les festivals et les conférences, ce qui serait le gros bon sens. L’alcoolisme est omniprésent au sein de la communauté artistique. Si l’on veut promouvoir une industrie saine, il faut au moins permettre à ceux qui vivent des difficultés d’avoir un endroit où ils peuvent s’évader.

 

Selon vous, qu’est-ce que la communauté musicale peut faire pour mieux soutenir la santé mentale des créateurs de musique?

 

Des endroits sans alcool dans les festivals et les conférences, plus de discussions ouvertes sur les idées fausses et la stigmatisation entourant la santé mentale. Ce n’est pas obligé d’être très complexe. Avoir une bière sans alcool sur le menu, il y a d’excellentes options de nos jours; Partake (un très bon nom) est ma préférée, elle est brassée à Toronto. Je suis prêt à payer pour en avoir, ça me permet de côtoyer les autres sans avoir à expliquer à tout le monde pourquoi je bois de l’eau plutôt que de la bière.

 

Que pensez-vous que nous pouvons faire pour continuer de déstigmatiser la santé mentale?

 

Continuer d’en parler. Éduquer les enfants dès un jeune âge. En y repensant, je peux voir quand mes difficultés ont commencé. J’étais si jeune, et l’éducation n’était pas là pour me permettre d’affronter cette situation. Je me suis automédicamenté pendant des années avant d’être diagnostiqué bipolaire. De bien des façons, ma vie est devenue plus facile quand j’ai finalement réalisé que je n’étais pas juste « fou ». Je gère ça par l’entremise de toutes les choses que j’ai mentionnées précédemment et la vie va finalement bien.

 

Y a-t-il quelque chose d’autre que vous voulez partager avec nos lecteurs?

 

Ne soyez pas trop durs avec vous-même!

 

En partenariat avec PLUS1, The East Pointers a amassé des fonds pour Unison lors de sa plus récente tournée, afin que nous puissions continuer à fournir de l’assistance financière et d’importants conseils en santé mentale aux membres de la communauté musicale canadienne.

 

Il reste quelques dates à leur tournée, alors assurez-vous d’acheter vos billets pendant que vous le pouvez encore!

 

Vous souhaitez en apprendre plus sur les façons de soutenir Unison avec des initiatives en tournée? Cliquez ici pour en apprendre plus à propos de PLUS1.